vendredi 29 avril 2011

LA CLASSE....

IMPASSE FLORIMONT


Sous l’occupation allemande, Brassens fut réquisitionné pour le service du travail obligatoire

(STO) dans le camp de Basdorf en Allemagne ; il bénéficia, au bout d’un an,

d’une permission en mars 1944. Il en profita pour ne pas y retourner

et afin d’échapper aux représailles, fut hébergé par Marcel et Jeanne Planche

dans une modeste maison sise au no 9 de l’impasse. Après la guerre,

il eut quelques ambitions littéraires puis se lança dans la chanson en 1952.

Le succès sera vite au rendez-vous.

Si bien qu’en 1955, il fit l’acquisition de la maison et de celle

qui lui est mitoyenne (au no 7), pour l’agrandir et y apporter le confort

qui y manquait jusqu’alors. Ainsi les Planche n’eurent plus de loyer à payer.

Malgré sa notoriété, il ne changea pas ses habitudes et resta fidèle à

ses hôtes jusqu’au remariage de Jeanne en mai 1966, après un an de veuvage.

Après le décès de celle-ci, en octobre 1968, Brassens l’offrit à son fidèle

secrétaire et ami, Pierre Onténiente (connu à Basdorf) pour qu’il vienne l’habiter.

Par un curieux hasard, son complice Pierre Nicolas, que Brassens connut

en 1952 chez Patachou et qui l’accompagna à la contrebassependant

plus de trente ans, naquit impasse Florimont.

widgeo.net

5 commentaires:

  1. Brassens, ma passion et Maxime, sa maison bleu, San Franscisco, aïe, mes vingt ans bon sang !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, Gwendoline
    Oui, merci Blaise.
    et merci à toi pour diffuser ainsi Georges, notre ami à tous.
    Et bon dimanche.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  3. j'ai découvert assez tard Brassens!...avec passion !sa rhétorique, sa malice...

    RépondreSupprimer
  4. Je viens te dire bonjour et je repasse bise

    RépondreSupprimer