dimanche 25 décembre 2011

BABOUCHKA

BABOUCHKA
Conte de Noël
Il était une fois une vieille femme nommée Babouchka qui habitait, seule, une toute petite maison au cœur de la forêt.  Sans cesse, elle s’affairait, cousait, cuisinait, nettoyait et, tout en travaillant, elle chantait. Pour se tenir compagnie, llle chantait des chansons, vieilles et nouvelles, et en inventait ; elle était de nature joyeuse. La grand-route passait loin de la maisonnette si bien que les visiteurs étaient rares.
Babouchka fut donc bien étonnée, un après-midi d’hiver, d’entendre un grand vacarme dans la forêt.
« C’est peut-être un ours » se dit-elle et elle se mit à trembler.  Mais non, un ours ne fait pas crisser la neige sous ses pas de la sorte.
Elle tendit à nouveau l’oreille et entendit résonner des bruits de pas.  Cette fois, c’était sûr, elle allait avoir de la visite!  Elle s’empressa d’ajouter quelques bûches et de mettre la grosse bouilloire noire sur le feu.  Quelques instants plus tard, on frappa fort à la porte. Babouchka sursauta :
-Qui est là ? demanda-t-elle d’une petite voix craintive.
-Des voyageurs égarés et épuisés. Pouvez-vous nous aider?
-Mais bien sûr! Entrez donc! cria Babouchka et elle ouvrit grand la porte.  Soyez les bienvenus!  Venez vous réchauffer au coin de mon feu!  Il fait si froid dehors!
Un jeune homme entra, en souriant d’un air reconnaissant.  Un second, plus âgé, le suivit, puis un troisième qui secoua de son manteau une épaisse couche de neige.  Tous trois étaient superbement vêtus et le troisième portait aux oreilles des anneaux d’or étincelants.
Pendant que Babouchka faisait réchauffer une bonne soupe et coupait du pain, les voyageurs lui racontèrent qu’ils étaient à la recherche d’un roi nouveau-né.
- Son étoile nous guidait, expliquèrent-ils, mais le ciel est si chargé de neige que nous ne la voyons plus.
- Ne vous inquiétez pas, continua la brave Babouchka. Lorsque vous serez restaurés et reposés, je vous montrerai la route et vous n’aurez pas besoin de suivre une étoile.
- Vous êtes très bonne, reprit le plus jeune, mais seule l’étoile peut nous guider vers l’enfant Jésus.
- Un enfant et une étoile! Qu’est-ce que cela signifie? s’exclama Babouchka étonnée.
Alors, les trois hommes lui expliquèrent que l’étoile était un signe, celui de la naissance de l’enfant, et ils lui montrèrent les riches présents qu’ils lui apportaient. Le cœur généreux de Babouchka se réjouit.
- Comme j’aimerais voir cet enfant! murmura-t-elle.
- Alors suivez-nous! s’exclamèrent-ils, et aidez-nous à le chercher!
Mais Babouchka secoua tristement la tête :
- Hélas! Je suis bien trop vieille et fatiguée pour entreprendre un si long voyage! dit-elle, et elle se mit à servir la soupe. Lorsque les trois hommes furent rassasiés et reposés, ils la remercièrent et reprirent leur route à travers la forêt.
Après leur départ, la maison sembla bien vide à Babouchka qui ne cessait de murmurer en se balançant sur son fauteuil à bascule:  « J’aimerais tant voir ce petit prince! »  Tout à coup, elle sauta sur ses pieds:
« Eh bien, je vais y aller! Je vais le chercher avec eux…  Et rien ne pourra m’arrêter.  Foi de Babouchka ! »
En toute hâte, elle fit un petit ballot de ses vêtements et rassembla ses plus grands trésors pour offrir à l’enfant saint : un petit cheval de bois sculpté, une vieille poupée, quelques pommes de pin décorées et de jolies plumes trouvées dans la forêt.  Le lendemain matin de très bonne heure, emmitouflée dans ses habits les plus chauds, elle quitta sa maisonnette.
Elle s’efforça de découvrir la direction prise par les voyageurs, mais la neige fraîche avait effacé les traces de leurs pas.
- Avez-vous vu trois rois passer par là? demanda-t-elle a un paysan.
- Des rois?  Par un temps pareil?  Quelle question stupide! s’esclaffa-t-il, et il s’éloigna d’un pas lourd, l’air mécontent.  Puis elle rencontra un berger:
- Avez-vous vu une étoile resplendissante? demanda-t-elle avec empressement.
- Des milliers et des milliers, ma pauvre femme, ricana-t-il.  Juste au-dessus de votre tête.  Toutes plus étincelantes les unes que les autres.
Un bouvier vint à passer, qui conduisait un troupeau :
- Un enfant roi est-il né par ici, ces temps derniers? questionna Babouchka.
- II y a beaucoup, beaucoup de nouveau-nés par chez nous, mais aucun d’eux n’est roi, je vous l’assure, répliqua le bouvier.  Alors elle continua péniblement sa route, arrêtant tous ceux qu’elle rencontrait pour demander: « Avez-vous vu l’enfant Jésus? » Mais nul ne put la renseigner.
Aujourd’hui encore, Babouchka poursuit sa quête; elle parcourt son pays à la recherche du jeune prince et, chaque fois qu’elle rencontre un enfant malheureux, elle plonge la main dans son sac et y trouve toujours de modestes jouets pour lui offrir un instant de bonheur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire