mercredi 28 décembre 2011

Romances sans paroles

Paul Verlaine

Dans l’interminable …


Dans l’interminable

Ennui de la plaine,

La neige incertaine

Luit comme du sable.


Le ciel est de cuivre

Sans lueur aucune,

On croirait voir vivre

Et mourir la lune.


Comme des nuées
Flottent gris les chênes
Parmi les buées.


Le ciel est de cuivre

Sans lueur aucune.

On croirait voir vivre

Et mourir la lune.


Corneille poussive

Et vous, les loups maigres,

Par ces bises aigres

Quoi donc vous arrive ?


Dans l’interminable

Ennui de la plaine

La neige incertaine

Luit comme du sable.

4 commentaires:

  1. Bonsoir,
    j'aime bien
    excellente soirée

    RépondreSupprimer
  2. Bien beau poème et bien jolie carte en bannière du blog !
    Très bonnes fêtes de fin d'année, Gwendoline !
    Norma

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Gwendoline

    Cela fait longtemps que je te croise sur divers blogs et notamment chez Marie.. alors en cette période festive, je viens découvrir ton blog qui me semble plein de douceur ,et tendresse et te souhaiter de belles fêtes de fin d'année

    la musique choisie nous ramène aux Noëls d’antan, c'est très agréable ..
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  4. merci Tunisian! belle soirée !
    Bonnes fêtes Norma!
    Merci Nanou! bienvenue sur mon blog!

    RépondreSupprimer