dimanche 3 novembre 2013

Une "madeleine" au goût de mûres sauvages...


La maison de droite était celle de mon grand-père ( la blanche) c'est ici que je passais (entre 5 et 12 ans) mes vacances d'été :
derrière; la forêt et devant , un étang
Photo1034.jpg
que voici...

Pendant toutes ces vacances, mon grand-père me foutait une paix " royale", je partais pieds nus toute la journée à courir dans les bois, pas lavée, pas peignée de plusieurs jours....

Quand mes parents venaient ( le w.e.) = j'avais droit à un démêlage intensif + queue de cheval 
et tirée à 4 épingle....super...on a bien rigoléGrimaces !.....( avec lui, j'ai appris à respecter la nature, reconnaître les champignons et les baies, me méfier des sangliers et des cerfs en rut....)

6 commentaires:

  1. On aurait pu se rencontrer dans la, dans ta forêt, sauf que moi jamais eu le droit d'y aller toute seule, ni à courir pieds nus ou les cheveux en bataille. La sortie c'était seulement les dimanches, et encadrée de des "maîtresses" qui venaient me chercher, ma sœur et moi, pour nous emmener promener et nous apprendre tout ce que ton grand-père t'a enseigné si bien, surtout à respecter la nature, à reconnaître la faune et la flore... Bravo à lui !

    RépondreSupprimer
  2. L.'important c'est de pouvoir apprécier cette nature ...j'avais droit quand-même tous les soirs à la revue de pieds ( tel Mowgli aux bras de Baloo) pour enlever toutes les épines..

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir et bien des superbes souvenirs avec ton grand père et tu as raison
    la nature il faut la regarder et en profiter
    J'aime marcher dans les forêts et j'ai toujours adoré m'y cacher Mais je portais des chaussures
    Je vois que toi tu avais le droit de partir sans
    et le soir tu devrais quand même souffrir!!!
    Mon grand père aussi m'a montré tant de choses et je savais ce que je pouvais faire ou pas
    BISOU et merci pour tes lignes

    RépondreSupprimer
  4. le plus difficile n'était pas tant les épines...mais surtout que je suis chatouilleuse...*_* bizz

    RépondreSupprimer
  5. Pauvres oiseaux de la "nature", tu devais faire peur avec tes cris de bonheur...

    RépondreSupprimer