jeudi 12 décembre 2013

Comme un coursier prudent qui connaît le chemin.

Extrait ; 

Les feuilles d'automne : Victor Hugo....

Elle s'échappe enfin, va, marche, et dans la plaine 
Prend le même sentier qu'elle prendra demain, 
Qui l'égare au hasard et toujours la ramène, 
Comme un coursier prudent qui connaît le chemin. 

Elle court aux forêts où dans l'ombre indécise 
Flottent tant de rayons, de murmures, de voix, 
Trouve la rêverie au premier arbre assise, 
Et toutes deux s'en vont ensemble dans les bois ! 


feuillerousse

4 commentaires:

  1. Un poème qui pourrait aussi illustrer parfaitement mon dernier billet !!! Merci !!!

    RépondreSupprimer
  2. Je passe à cet endroit pour te souhaiter une belle journée bisou je ne peux plus passer tout en haut

    RépondreSupprimer