mercredi 30 janvier 2013

Pour aujourd'hui....

‎"Je crois que le bonheur existe. La 

preuve est que, soudain, il n'existe plus"

Françoise Giroud, l'autobiographie cachée



mardi 29 janvier 2013

Le petit prince ....


Un bébé hier, un ado aujourd'hui!.....entre deux filles déjà!
mon petit-fils ....l'autre jour il m'a dit : " je suis en couple"!
Mamannnnnnnnnnnnn....au secours !

grand-mère d'accord! mais arrière grand-mère! c'est trop!

dimanche 27 janvier 2013

Mignonne, allons voir....

La rose Pierre de Ronsard, j'adore cette rose, 
ma fille m'a offert un rosier....mais le résultat est beaucoup moins "spectaculaire"....
Ai-je la main verte ?



Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avoit desclose

Sa robe de pourpre au Soleil,

A point perdu ceste vesprée

Les plis de sa robe pourprée,

Et son teint au vostre pareil.

Pierre de Ronsard


j'ai aussi celle-ci, qui vient de ma grand-mère et qui n'a pas d'épine....

samedi 26 janvier 2013

Suger, un oubli monumental...

A quoi sert la postérité ?
Si Léonard de Vinci n'avait pas conservé la Joconde, si Gustave Eiffel n'avait pas repris le projet de ses ingénieurs....
Le génie n'est pas toujours récompensé par la gloire, s'il est un français totalement oublié dans ce domaine, c'est bien l'homme qui a inventé les cathédrales...

A l'origine, il n'est qu'un humble fils de paysan d'Argenteuil, mais devant la vivacité de son esprit, à dix ans, les moines de Saint Denis acceptent de le prendre à leur service pour l'éduquer.
Ayant gravi tous les échelons, devenu père abbé de la riche abbaye, il conçoit d'y construire un édifice dépassant tout ce qui a été fait jusque là. Alors, il laisse déborder sa géniale imagination : 
une façade remplie de statuettes,une nef encadrée par deux allées passant par le choeur, des vitraux partout, y compris la façade( il invente la rosace), tout cela coûte très cher; encore une idée = les fidèles se pressent pour toucher les saintes reliques et déposer des offrandes.s
Il morcelle les ossements précieux, multiplie les reliquaires qu'il envoie aux quatre coins du pays accompagnés d'escortes quêteuses.
Grâce à ces innovations lucratives, en quelques années, il quadruple les revenus de la communauté.
Un jour, la première cathédrale se construit à Saint Denis,chaque évêque reçu ,  subjugué  veut sa cathédrale. Partie de Saint Denis, la fièvre bâtisseuse va gagner l'Europe entière, grâce à ce génie, qui inventa la rosace, le déambulatoire, la façade façon B.D., notre vieux continent va, en à peine un siècle, extraire,transporter, sculpter, assembler plus de pierres que l'ancienne Egypte des pharaons ne l'avait fait en trois mille ans.

Tout cela grâce à cet humble fils de paysan d'Argenteuil.
Au fait, j'ai oublié de vous dire son nom : Suger, l'abbé Suger. On ne connait même pas son prénom...Les hommes qui font l'histoire en l'écrivant ont jugé qu'il n'y avait pas de quoi en faire un "monument"



Suger de Saint-Denis est un homme d'Église et homme 

d'État français. Il serait né àChennevières-lès-Louvres

en 1080 ou 1081 et mort à Saint-Denis le 13 janvier 1151


mercredi 23 janvier 2013

Pourquoi les clochards se nomment ainsi ?

Le terme de ''clochard'' est assez ancien car il provient du Moyen Age. En effet, à l'époque, lors de mariages mais aussi pour les cérémonies religieuses, il était usuel de faire sonner les grosses cloches que l'on mettait en mouvement avec un pied. 

Il était alors recruté des mendiants pour assurer cette besogne qui recevaient des pièces pour ce travail et on les nommait à l'époque les ''clochards''. Ce terme a traversé les siècles pour dénommer ainsi les gens pauvres vivant dans la rue.


File:Big Ben - geograph.org.uk - 40182.jpg
cloche de BIG BEN

lundi 21 janvier 2013

To be or not to be....

Liu Bolin (劉勃麟) (né en 1973 dans la province de 

Shandong) est un artiste chinois. Il obtient sa licence en

 beaux-arts du Collège de Shandong Arts en 1995 et son 

Master de beaux-arts de l'Académie centrale des Beaux-

Arts de Beijing en 2001. Artiste contestataire connu 

internationalement pour ses photos de lui-même 

dissimulé dans ses paysages, il expose dans les musées 

à travers le monde. Connu en tant "qu'homme invisible", 

ses œuvres les plus populaires sont "Hiding in the city"

 (se cacher dans la ville), une série photographique qui a 

débuté en tant qu'"art de la performance" en 2005.



ou l'art de passer inaperçu...




samedi 19 janvier 2013

vendredi 18 janvier 2013

De rigueur....



Avez-vous déjà essayé de jeter une poignée de gros sel dans le feu ?

C'est magique! ça fait comme des étincelles..

mercredi 16 janvier 2013

de Jacob et Wilhelm Grimm....


Les Musiciens de Brême


L'histoire :

Dans un village situé non loin de Brême, un meunier vit avec son âne. Ce dernier prenant de l'âge, son maître décide de le tuer pour récupérer sa peau. Mais dans la nuit, sentant les ennuis venir, l'âne s'enfuit. Il décide de se rendre à Brême pour devenir musicien.

En chemin, l'âne rencontre un chien devenu trop âgé pour la chasse dont son maître voulait se débarrasser. Il propose alors au chien d'aller avec lui à Brême pour s'engager dans l'orchestre municipal. En chemin, l'âne et le chien rencontrent un chat et un coq dans la même situation qu'eux et leur proposent de les suivre sur la route de Brême. Un soir, les quatre animaux découvrent une maison habitée par des voleurs.
Bien décidés à prendre leur place, ils se débarrassent des voleurs grâce à un plan : l'âne se met devant la fenêtre de la maison, le chien monte sur l'âne, le chat sur le chien et le coq sur le chat ; quand ils sont ainsi installés, ils bondissent par la fenêtre et les voleurs s'enfuient. Après la disparition des voleurs, ils décident de s'installer dans la maison.
Le chef des voleurs envoie plus tard un de ses hommes pour voir s'ils peuvent récupérer la maison. Peine perdue, les animaux, dans le noir, l'attaquent et le terrorisent.
Les animaux finissent par s'installer définitivement dans la confortable maison.

samedi 12 janvier 2013

Suite....





Une maman dromadaire et un bébé dromadaire discutent des choses de la vie : 
- Maman, pourquoi est-ce que j ai ces énormes pieds avec trois orteils ? 
La maman dromadaire répond : 
- Eh bien, c est pour ne pas s'enfoncer, lorsqu'on traverse les immensités désertiques. 
- Ah... D'accord, répond le fils. 
Quelques minutes plus tard, le fils demande à nouveau : 
- Maman, pourquoi est-ce que j ai de si longs sourcils ? 
- Ces sourcils sont la pour empêcher le sable de passer sous les paupières, lors des tempêtes de sable. 
- Ah d'accord maman, répond le fils. 
Un peu plus tard, le petit dromadaire revient à la charge : 
- Dis maman, pourquoi est-ce que l'on a cette grosse bosse sur le dos ? 
Dromadaire - chameaux chameau dromadaires dromadaire
La maman dromadaire, lassée de toutes ces questions, répond : 
- La bosse nous sert a stocker l'eau, pour nos longues courses dans le désert. C est grâce à elle qu'on peut se priver de boire pendant plusieurs dizaines de jours ! 
- D accord maman : si je comprends bien, on a des pieds très larges pour ne pas s'enfoncer dans le sable, de longs sourcils pour ne pas avoir les yeux irrites par le sable, et une bosse sur le dos pour pouvoir stocker de l'eau pour lors des longues courses dans le désert... Mais alors, maman, dis-moi une chose... 
- Oui, mon fils ? 
- Qu est-ce qu on fout ici, dans le zoo de Vincennes ?




Pas si mal!



Moi, qui n'aime pas les zoo à cause des barreaux, je dois bien reconnaître que certains permettent des naissances d'espèces menacées!



jeudi 10 janvier 2013

l'hérédité c'est quoi ?

Il est l'un des père de l'évolution de la pensée française. Il fait partie de la poignée d'hommes qui ont rendu inéluctable la grande Révolution, mère des droits de l'homme.
Et pourtant, ça démarre  mal pour lui.
Son père, commissaire général d'artillerie, le chevalier  Destouches, surnommé "Canon", ne semble même pas  connaître son existence.

Quant à sa mère, chanoinesse défroquée, elle se livre à la débauche avec le célèbre Régent et le Cardinal Dubois.

A l'aube du 16 novembre 1717, le nouveau-né se retrouve, sur les marches de Saint Jean Le Rond, une chapelle accrochée au flanc nord de Notre Dame de Paris.
La brave femme d'un serrurier du quartier, Madame Rousseau, passe par là, entend des pleurs, prend l'enfant, le  rapporte à la  maison où son mari accepte de l'élever avec leurs autres enfants. ( procédé beaucoup plus simple à l'époque qu'aujourd'hui).
Remarquant très tôt un esprit aussi vif que sa curiosité est grande, le p'tit Jeannot est mis en pension pour faire des études dès son plus jeune âge.
Devenu célèbre pour ses idées philosophiques, il s'associe à Diderot  pour créer ce "monument scientifique qui fut une machine de guerre, au service ds libres-penseurs voulant modifier la société...."( Larousse) : l'encyclopédie dont il rédigera l'avant-propos.
Et c'est là que sa mère biologique, Madame de Tencin, revendique sa maternité
- Ce génie, c'est mon fils!
-Erreur, répond l'intéressé. Je suis le fils de Monsieur et Madame Rousseau qui m'ont élevé et à qui je dois d'être ce que je suis.
c'est lui!

Jean Le Rond d’Alembert, né le16 

novembre 1717 à Paris où il est mort le 29 

octobre 1783, est un 



Dans l'Encyclopédie Diderot-d'Alembert, 

que lit-on au mot Hérédité ?

Extrait ; petites histoires de l'histoire de 

France Jean-Paul Rouland, préface ; Alain

 Decaux.

Jean Cocteau...


"Qu'est-ce qu'un français ? 
Un italien de mauvaise humeur..."

"Grrrrrrrrrrrrrrr" - Pas agréable de marcher là-dedans!...

mercredi 9 janvier 2013

Pignerol en 1665.....

Toute une histoire...

Pignerol

Olivier, seigneur d'Ormesson et d'Amboile(dit également

 Olivier III), est le fils d'André d'Ormesson (1577-1665),

Son impartialité au cours du procès de Nicolas Fouquet

dont il sauva la tête, démontant le complot qui avait été 

dressé contre Fouquet par le juge Guillaume Ier de 

Lamoignon à la demande du conseil du roi, et refusant 

une peine de mort à l'encontre de Fouquet lui valut une 

disgrâce durable. Il se retire alors dans ses terres au 

château d'Ormesson. Il y reçut Madame de Sévigné

RacineBoileauLa Fontaine,BossuetBourdaloueLe 

Nôtre à qui l'on doit le dessin du parc à la demande 

d'Olivier III, Lebrun (qui écrivit avec Lamoignon un traité 

de l'Art des jardins). Olivier d'Ormesson laisse à sa mort 

plus d’un million de livres.


Selon Pierre-Jacques Arrèse, reprenant une thèse de Paul Lacroix (1836), le Masque de fer ne serait autre que le surintendant Nicolas Fouquet, incarcéré à Pignerol en 1665.
071008masquefer.gif

Celui-ci est officiellement mort d'une attaque d'apoplexie à Pignerol à 65 ans le 23 mars 1680, vingt-trois ans avant le Masque de fer. Mais, selon les tenants de cette thèse, cette date serait fausse et le corps d'un codétenu, Dauger, qui servait de valet à Fouquet (voir ci-dessous), aurait été donné pour celui du surintendant. Cette mise en scène aurait été organisée par Colbert et Louvois afin d'empêcher la libération de Fouquet, qui était sur le point d'obtenir sa grâce et dont ils redoutaient l'habileté et l'influence
Après avoir été l’homme des missions de grands chemins, d’Artagnan se voir confier, par le Roi, un rôle auquel il ne s’attendait pas, celui de geôlier.
Contrairement à son ami Besmaux, gouverneur de la Bastille et geôlier par profession, d’Artagnan doit accomplir une tâche délicate autant qu’ingrate en devenant le gardien d’un des seigneurs les plus puissants du Royaume, un certain Monsieur Fouquet.

« L’affaire Fouquet » commence officiellement 

le 15 août 1661 avec la phrase d’adieu que le 

Roi lance, telle une provocation, 

à son Surintendant : 


« Monsieur Fouquet, vous aurez de mes nouvelles… »

Mais sa tâche ne s’arrête pas là et d’Artagnan devient le geôlier de Fouquet, d’Angers à la Bastille en passant par Vincennes…
Dès lors, pendant de longs mois, d’Artagnan ne quitta Fouquet pas plus que son ombre ; lui seul entrait dans la chambre du prisonnier qui, pour principale distraction dut se contenter d’entendre la messe dans une petite pièce y attenant.
Charles Samaran

De la Bastille au donjon de Pignerol, d’Artagnan est à nouveau sollicité pour escorter son prisonnier après son procès, vers le lieu de sa réclusion perpétuelle.


mardi 8 janvier 2013

Verlaine...le soleil du matin.... (1870)



Le soleil du matin doucement chauffe et dore 
Les seigles et les blés tout humides encore,
Et l'azur a gardé sa fraîcheur de la nuit.
L'on sort sans autre but que de sortir ; on suit,
Le long de la rivière aux vagues herbes jaunes,
Un chemin de gazon que bordent de vieux aunes.
L'air est vif. Par moment un oiseau vole avec
Quelque fruit de la haie ou quelque paille au bec,
Et son reflet dans l'eau survit à son passage.
C'est tout.
Mais le songeur aime ce paysage
Dont la claire douceur a soudain caressé
Son rêve de bonheur adorable, et bercé
Le souvenir charmant de cette jeune fille,
Blanche apparition qui chante et qui scintille,
Dont rêve le poète et que l'homme chérit,
Evoquant en ses voeux dont peut-être on sourit
La Compagne qu'enfin il a trouvée, et l'âme 
Que son âme depuis toujours pleure et réclame