dimanche 24 octobre 2010

IMAGINONS...NOUS EN 2100...




visuel-7e-arrondissement.1287744466.JPG

Imaginer à quoi pourrait ressembler Paris en 2100 avec

un thermomètre affichant 2°C de plus. A l’occasion de

la 3e édition des Journées parisiennes de l’énergie et

du climat, qui se sont tenues le week-end dernier,

deux jeunes architectes du collectif Et alors,

Yannick Gourvil et Cécile Leroux, ont relevé le défi.

Le fruit de leur travail, vingt cartes postales

présentant une capitale transformée pour faire

face au changement climatique,

est exposé au parc de Bercy, dans le XIIe arrondissement

de la capitale, jusqu’au 15 décembre.


4e arrondissement : les nouveaux parvis de l’Hôtel de Ville

visuel-4e-arrondissement-hdv.1287741856.JPG

L’Hôtel de Ville est un bâtiment symbolique qui a nécessité une

adaptation au nouveau climat. La minéralité du lieu

participait au réchauffement urbain, tout en ayant l’avantage

d’accueillir un grand nombre de manifestations culturelles

et citoyennes. Les différents niveaux de stationnement

sous le parvis ont été restructurés pour pouvoir

exploiter les vertus souterraines de la ville.



visuel-11e-arrondissement.1287741943.JPG

Le canal Saint Martin était recouvert par le boulevard Richard Lenoir s

ur un peu plus de 1,5 km, avant de rejoindre la Seine à Bastille.

L’ouverture du canal réintègre maintenant l’eau dans la

ville et lui offre un meilleur potentiel d’adaptation

au nouveau climat. Le boulevardcanal Richard

Lenoir est repensé sur toute sa largeur (60 m).

Il offre de nouvelles qualités d’espaces publics

de proximité sur plus de 10 hectares.


12e arrondissement : Les maraîchers de la Gare de Lyon

visuel-12e-arrondissement.1287744383.JPG

La production locale réduit considérablement les dépenses

d’énergie et les émissions de CO2, dues à l’acheminement

des denrées. Afin de développer les circuits courts,

la ville s’est transformée. Elle intègre dans son tissu

urbain des potagers et des fermes connectés aux

réseaux ferrés et fluviaux. Paris ne vise pas

l’autonomie alimentaire,

mais participe à un réseau régional de production.












2 commentaires:

  1. Une belle idée: ne pas se laisser abattre par les circonstances mais en faire un atout.
    Les projections paraissent séduisantes mais j'ai cependant une forte réserve pour la dernière: je ne pense pas que des maraîchers pourraient cultiver et récolter si près des éoliennes, ni même qu'on pourrait en implanter si près de Paris. Les éoliennes ne sont pas tout à fait ce qu'on imagine et j'éprouve beaucoup de réticences à leur installation près des habitations, dans des régions de bocage et partout où la faune et la flore doivent être respectées. Il ne faut pas oublier que, si les nouvelles énergies renouvelables peuvent avoir un intérêt, ce ne doit pas être au détriment de la nature et un produit industriel ne peut pas s'implanter de manière anarchique, sans le consentement averti de la population concernée. Il faut, à mon avis, être très vigilant en ce qui concerne l'écologie industrielle. La beauté d'une image est une chose, la réalité, une autre.
    Bonne semaine!
    Anne

    RépondreSupprimer
  2. OUI!!il faut bien tout considérer!!et la population, etla faune et la flore! l'idée de la réouverture du canal me plait beaucoup!

    RépondreSupprimer