mardi 17 avril 2012

Pour une mine ou un talent ....


Phryné (en grec ancien Φρύνη / Phrýnê, littéralement « crapaud », 
surnom donné à cause de son teint jaunâtre) 
Née Mnésareté (en grec ancien Μνησαρετή / Mnêsaretế,
 « celle qui se souvient de la vertu ») à Thespies, en Béotie
elle se rend à Athènes où elle devient hétaïre. Rapidement, 
elle a pour amants certains des hommes les plus distingués du moment.
 Ainsi du sculpteur Praxitèle qui, selon Athénée1et Pline l'Ancien2
l'utilise comme modèle pour son Aphrodite de Cnide.
 Athénée y ajoute le peintre Apelle, qui l'utilise 
comme modèle pour son Aphrodite Anadyomène.
Elle est célèbre 
par ses tarifs élevés :
selon le poète comique Machon
 elle réclame une mine pour une nuit.
 Le scholiaste du v. 149 du Ploutosd'Aristophane mentionne
le prix extravagant de 10 000 drachmes, soit un talent. 
Cependant, toujours selon Machon, son tarif varie 
suivant ses humeurs. Elle accumule de telles
 richesses que, selon le grammairien Callistrate
 elle aurait offert de rebâtir les murailles de Thèbes
abattues en 336 av. J.-C. par Alexandre le Grand,
 sous réserve qu'on y grave l'inscription : « Détruites par Alexandre,
 rebâties par Phryné, l'hétaïre ». L'offre aurait été refusée....





L’Aphrodite de Cnide est un type statuaire attribué au 


sculpteur grec Praxitèle représentant la déesse 


Aphrodite debout, nue, portant la main droite devant 


son sexe et tenant de la main gauche un vêtement. La 


statue figurait dans le temple de la déesse à Cnide ; 


elle est la première représentation connue de la nudité 


féminine complète dans la grande statuaire grecque.

...
Aphrodite de Cnide, Musée du Louvre

9 commentaires:

  1. En tout cas c'est une vraie beauté !

    RépondreSupprimer
  2. je trouve aussi! et je cherche à acquérir une sculpture de sa tête ( peut-être à la boutique du Louvre!)

    RépondreSupprimer
  3. Qu'elle est BELLE :-))

    Bisous ✰✰✰ Laure ✰✰✰
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  4. Donnez-nous, donnez-nous de l’oxygène », nous étouffons(fermaton.over-blog.com)

    RépondreSupprimer