jeudi 3 octobre 2013

Equilibre....


HIER À LONDRES, PREMIÈRE MONDIALE DE L’EXPO DE SEBASTIAO SALGADO


il n'a pas de cravate et la chemise bleue....
Son expo s'appelle "GENESIS" parce qu'elle "parle de la nature, de l'équilibre entre les animaux, les hommes, la terre....c'est pourquoi ses photos sont en noir et blanc...

"Genesis" ou la quête du monde des origines regroupe plus de 200 photographies, fruit de 8 années de voyages à travers le monde pour un résultat absolument saisissant:
depuis 2004 Sebastiao Salgado à visiter des lieux où la culture demeure traditionnelle:
pas d' iPhone, pas de télévision, ni d'internet parfois même pas de vêtements tant ces attributs sont superflus aux yeux des habitants de ces contrées qui semblent si lointaines. 
Mardi 9 avril, la nuit tombe derrière les murailles néogothiques du Natural History Museum, dans le sud ouest de Londres, non loin de l’ambassade de France. Sous le regard de Darwin, dont le portrait surveille le vaste hall illuminé de pourpre, des centaines d’invités savourent champagne, mojitos et amuse-gueule en forme de plantes tropicales autour d’un des plus grands squelettes de l’histoire de la Terre : un diplodocus de 26 mètres, vieux de 150 millions d’années. On se croirait dans une cathédrale, mais dédiée à la science, à la curiosité, à la beauté du monde.
Le site est à la mesure - ou, plutôt, à la démesure - de l’épopée Genesis : Sebastiao Salgado, qui vient de fêter ses 69 ans, en avait 60 quand il s’est lancé dans cette aventure : huit ans de reportages dans les contrées les plus intactes – et donc les plus difficiles à atteindre – de la planète :  glaces polaires, déserts brûlants et jungles étouffantes. Un périple aussi périlleux qu’inouï, dont les photos sont aujourd’hui assemblées pour une tout première exposition mondiale. Ensuite , il y aura Toronto, Paris, Rio, New York....
La vraie intelligence de l'être humain, c'est sa capacité d'adaptation. Les hommes se font à tout, y compris au pire.” Chacune de ses images constitue un document. Sebastião Salgado - né au Brésil dans ce Minas Gerais qu'il a replanté d'un million d'arbres avec Lélia, son épouse - parcourt depuis plus de trente ans la planète en témoin engagé. Ses enquêtes, servies par cette écriture graphique si personnelle
qui s'appuie sur le noir et blanc pour délivrer des informations éloquentes au-delà de l'émotion, sont minutieusement construites et articulées. Elles troublent, font réfléchir, ouvrent le débat. Sebastião Salgado, le grand photographe au long cours, réalise actuellement “Genesis”. Une oeuvre monumentale, étalée sur huit ans, qui dresse un portrait de la terre, de la nature, des peuples tels qu'ils sont, inchangés depuis la nuit des temps.Ses photos de l'Inde, publiées dans les pages suivantes, sont d'une éternelle beauté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire