dimanche 9 janvier 2011

FILLIPO...ET LA DIVINE COMEDIE...






Brunelleschi, Filippo (1377-1446)
Son recours aux formes classiques,

sa défense d'une architecture fondée sur les

proportions mathématiques, sa maîtrise

scientifique de la perspective en font

une figure majeure de son temps,

une transition décisive entre le gothique tardif et

l'humanisme de la Renaissance.

Il construit en 1419 le portique de l'hôpital des Innocents

dont la clarté et la simplicité inaugurent le renouveau florentin.

Il élève la coupole du dôme de Florence entre 1420 et 1438,


http://www.lib-art.com/imgpainting/8/9/4898-dome-of-the-cathedral-filippo-brunelleschi.jpg


LA CHAPELLE DES PAZZI...

Brunelleschi, lorsqu’il a construit cette chapelle pour une
des familles les plus importantes de Florence,
la famille qui au cours d’une conjuration célèbre
essaiera en vain d’abattre les Médicis...,
quand Brunelleschi a fait cette construction
qui est comme une sorte de résumé de toutes
ses grandes conceptions architecturales,
une sorte de laboratoire, de bocal, de cube,
qui résument toutes les merveilles architecturales de Florence,
Brunelleschi, n’a pas pu ne pas penser à Dante.

Et cette composition en gris, plus clair ou plus foncé,
en blanc gris, en gris qui sort du blanc et qui rejoint
le bleu della robbia, la frise des chérubins, la coupole,
l’autel, rose et blanc, la coupole du zodiac au dessus
de l’autel, sur fond bleu, la répétition de ce bleu et de ce gris blanc
bleu dans un cube, un carré surmonté d’une sphère...,
tout ceci évoque la conception même de la Divine Comédie.
Cette chapelle qui est un des très grands lieux de la
mystique architecturale florentine est dédiée comme
on peut le voir dans les quatre médaillons qui occupent
les quatre coins, aux quatre évangélistes.
Ils sont là tous les quatre. Ils sont là tous les quatre en céramique
de della robbia avec leurs animaux respectifs et en train d’écrire ;
Saint Matthieu, Saint Jean, Saint Luc, Saint Marc ;
l’aigle, le taureau, le lion et l’ange.
Le fait que les quatre coins de cet édifice
soient entre les mains de quatre mains en train
’écrire quelque chose sur le papier
est aussi hommage à Dante

Portrait de Dante longtemps attribué à Giotto

Portrait de Dante longtemps attribué à Giotto


Portique de la Chapelle des Pazzi
Portique de la Chapelle des Pazzi, église Santa Croce, Florence. Brunelleschi Filippo, architecte.


Plan de la Chapelle des Pazzi



Coupe transversale (portique-choeur)
Coupe transversale (portique-choeur), (ouest-est), Chapelle des Pazzi, église Santa Croce, Florence.
Brunelleschi Filippo, architecte.

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/67/Cappellapazzi-interior.jpg
Vues de la coupole
Vues de la coupole & intérieure :Chapelle des Pazzi, église Santa Croce, Florence.
Brunelleschi Filippo, architecte.

à l'église Santa Croce en 1429,

Santa Croce, 7 mai 2010. Photo A.G.


les sacristies des églises San Lorenzo (1420)

Fichier:San Lorenzo.JPG


La basilique San Lorenzo,

est l'une des plus riches églises de Florence,

par les œuvres de Brunelleschi, Donatello,

Michel-Ange, Bronzino, Verrocchio,

Benozzo Gozzoli, Fra Filippo Lippi

qu'elle comporte.

La Basilique visible aujourd'hui a été édifiée
à l'emplacement d'une église consacrée en 393
par Saint Ambroise de Milan,
celle-ci étant considérée comme
le plus ancien édifice religieux de la ville.
La construction de l'édifice actuel
a été entamée en 1424 par Filippo Brunelleschi
et poursuivie par Antonio Manetti jusqu'en 1446,
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/22/Firenze-san_lorenzo_cloister.jpg

LE CLOITRE


e



.http://www.wga.hu/art/d/donatell/2_mature/sacristy/1sacri01.jpg

LA SACRISTIE

Et Santo Spirito (1435)


http://www.guidaturisticafirenze.com/Santo_Spirito_G.jpg



Elle fut construite sur les ruines d'un couvent augustin du XIIIe siècle,

détruit par un incendie en 1471. Ce couvent était un

important centre intellectuel, comprenant écoles,

hospices, réfectoires pour les pauvres et

une bibliothèque qui fut enrichie par le legs de Boccace.

Filippo Brunelleschi en dessina les plans vers 1444

deux ans avant sa mort en 1446.

Les plans furent remaniés et les travaux entrepris par Antonio Manetti,

Giovanni da Gaiole et Salvi d'Andrea,

ce dernier fut aussi responsable de la construction de la coupole (1479-1482)

avec Il Cronaca. Le campanile est de Baccio d'Agnolo (1503).

L'aspect actuel de la façade est dû à un enduit du XVIIIe siècle

ayant recouvert les peintures des pilastres et des corniches.






widgeo.net

4 commentaires:

  1. Merci pour votre beau reportage sur Florence qui paraît bien douce aujourd'hui mais qui a connu des tragédies à l'époque des Médicis. Vous avez sans doute lu l'excellente biographie d'Ivan Cloulas sur Laurent le Magnifique (c'est le titre du livre).
    Bon dimanche!
    Anne

    RépondreSupprimer
  2. OUI et non j'ai lu celui sur Ctherine... bien documenté ce livre!...il y a tant à dire sur cette famille!

    RépondreSupprimer
  3. Oh les beaux souvenirs qui montent de ma mémoire que ce voyage fait dans cette merveille qu'est Florence ! Merci Gwendoline + Leonard Cohen et Suzanne , j'adore !!!

    RépondreSupprimer
  4. magnifique Florence!! beaucoup de souvenirs pour moi aussi!!

    RépondreSupprimer