dimanche 13 mars 2011

AU DIXHUITIEME SIECLE....A VENISE






La Cité des Doges est appauvrie mais compte

toujours de grandes fortunes.

Les patriciens ont encore huit ou dix gondoles

devant l'entrée d'eau de la maison,

http://users.swing.be/sw342986/venise2002/Venise2002_07.jpg

quarante ou cinquante domestiques à leur livrée.

Ils ont leur villa au bord du canal de la Venta où ils passent l'été.

Ces villas, au 18e siècle atteignent des allures

de palais qui écrasent de leur faste les rives du fleuve.

Les plus grands peintres, Véronèse et Titien
par exemple, les ont couvertes de fresques.
Le grand architecte Palladio (1508-1580), à la Renaissance,
a réactualisé l'architecture antique et a paré toute
la Vénétie d'un nombre important de palais et de villas de campagne qui restent le témoignage de son génie et qui constituent
l'une des merveilles du patrimoine de l'Italie.

Andrea Palladio à Venise

Palladio a réalisé deux églises à Venise: celle de San Giorgio Maggiore située sur l'île
du même nom, dont la gestion est encore confiée aux moines bénédictins,
et le sanctuaire du Rédempteur sur l'île de la Giudecca.
Elles témoignent de la façon dont le style classique a été adapté
au gout de l'age moderne, apprécié jusqu'à nos jours.


http://i1.trekearth.com/photos/44587/venise_2_484te.jpg

Venise attire les étrangers, qui y séjournent longuement.
Les boutiques sont pleines, les salles de jeu également,
on s'entasse dans les théâtres.

Les concerts, les réceptions, sont prétextes à festivités.


Dans les cafés se nouent les intrigues, au Ridotto,
il n'y a que des nuits blanches.

Deux cents cafés sont toujours ouverts, ainsi que les casini

(petits casinos) où les cavaliers et les dames,

se mêlent à toutes sortes d'inconnus.

Les églises sont les lieux de rendez-vous mondains.

Les parloirs des couvents sont des salons où

l'on bavarde en buvant du chocolat.

On travaille quand les loisirs le permettent.

Tout ce qui est grave perd son importance. Les gazettes apportent leurs provisions de potins.

Les écrits de Casanova et de Da Ponte ressemblent

à des facéties de comédies.

Faire rire est un talent sublime.

Les fêtes sont continues.



Pietro Longhi - Le Ridotto.


5 commentaires:

  1. J'ai vu ce tableau l'an dernier au musée des beaux-arts de caen, et d'autres, de Canaletto et Guardi, dans une belle expo temporaire

    RépondreSupprimer
  2. Merci car je n'y suis jamais allée et je trouve tes photos magnifiques.
    ALors je vais devoir y venir
    Je t'embrasse je le laisse j'ai les pieds dans l'eau

    RépondreSupprimer
  3. une petite balade en Italie! *_* bisou Nathan!

    RépondreSupprimer
  4. IL Pleut tj ici aussi donc pas de jaouses lol

    RépondreSupprimer